• Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Instagram

FRANÇAIS
 

                                                                                          Il pleut à verse cette été

 

 

Il pleut à verse,

quel joli temps pour faire l’amour au grenier.

Écoute le rythme de la pluie sur le tuiles,

le rythme doux des cœurs, du tien, du mien,

et le vent qui glisse sur le toit, comme mes mains sur ton corps.

 

Il pleut à verse,

quel joli temps pour faire l’amour au grenier.

Le ciel est noir comme noir de fumée

mais l’horizon est clair

comme horizon d’incendie.

 

Il pleut à verse,

le vieux bois,

les débris retrouvés dans le coin le plus délaissé de la cave

refusent leur déchéance et embrasent leur âme

avec une flamme plus vive, plus belle,

plus forte que celle des bûches aristocratiques.

 

Il pleut à verse,

quel joli temps pour faire l’amour au grenier.

La flûte chante pour nous les rêves que nous n’avons jamais fait

et la mélancolie nous prend:

que j'aime la mélancolie, ce drôle de bonheur d’être triste.

 

Il pleut à verse,

mais voilà que la grêle vient frapper à la porte,

alors on sort pour l’accueillir mais elle est déjà partie

en laissant comme souvenir une pluie fine fine

qui se glisse dans les pores de notre peau

jusque parmi les atomes de nos corps nus

jusqu’au fond de nos os.

On dirait qu’elle nous mouille de l’intérieur:

ce sont des larmes de mélancolie.

 

Il pleut à verse,

Quel joli temps pour rêver de faire l’amour au grenier.

                                                                                                     nuages

 

 

N’etes-vous donc jamais,

vous qui etes là-haut dans le ciel,

N’etes-vous donc jamais fatigués

De voir ces nuages entre vous et nous ?

                                                                                                      nuit d'été

 

La nuit froide étoilée

cacha l’enchevêtrement insolent

La rosée brille sur les tiges couchées

de la prairie d’occident.

                                                                                               déserte est la terre

 

Déserte est la terre, sans eau, sans air

mille et mille pas font un bruit de tonnerre

mille et mille pas écrasent la terre

mille lemmings vont vers la mer

Et la mer

n’est plus là.

0041.lemmings 31x31  73 .jpg

                                                                                                 ballet nocturne

 

Oyez,oyez

le rythme lent rythmé

rytmique reiteré

scandé par le tam-tam

blancs fantomes dansants

sur cuisses fendues

jusqu’au nombril

sur,ventres barrés

jusqu’au nombril

sur jambes écartelées

les yeux enflammés

les seins animés

par le rythme dansant

doucement rythmé

jamais repété.

 

Dancez,sautez

sur rythme lent rythmé

rythmique reitéré

blancs fantomes dansants

dances lascives de coit

sur rythmes obscènes obsessifs

sur pieds de jade muets

sur hanches gracieuses ondoyantes

menées par de longs bras ailés

par douces mains parlantes.

 

Dancez ,dancez

blancs fantomes de rêve

éclos de l’ivresse.

 

Eclos de l’ivresse

 

 

Eclos de l’ivresse

 

 

 

Eclos de l’ivresse

 

 

 

 

 

Eclos de l’ivresse

                                                                                                     le manège

 

 

 

Je suis seul sur le manège de mes pensées qui n’en finit pas de tourner,

mais qui reste toujours là, fiché au beau milieu de la place.

Et sur la place il n’y a plus personne, sur le manège non plus.

 

Je suis seul et je tourne sur le cercle sans fin de ce maudit manège qui ne s’arrête jamais.

La musique, trop forte, étourdit mes oreilles de ses chansons anciennes

Embrume mon cerveau.

Les petits chevaux se sont enfuis ou sont morts remplacés au fur et à mesure par l’auto, la fusée, la soucoupe volante: désillusions de ma génération

Les rêves se sont transformé en cauchemar et m’accompagnent dans ce tour stupide qui ne va nulle part.

Naguère, autour de la place il y avait un village

et derrière les volets entrouverts les yeux curieux de la morale nous épiaient.

Le vieux moteur asthmatique s’est arrêté, lui aussi.

Maintenant c’est la fée électricité qui fait tourner le moteur du manège et qui éclaire la place

vide et livide.

 

Mais pourquoi ne s’arrête-il jamais ce maudit manège?

Si au moins je pouvais dormir!

Les ampoule sur les bords du toit ressemblent à des étoiles obèses:

ces nouvelles riches vulgaires de la lumière aveuglent mes yeux avec les éclair tristes de leur trente bougies.

Elles tournent, elles tournent,sans arret ,pendues par le cou au toit multicolore de ce manège inutile.

Et les pensées les suivent, enchaînées l’une à l’autre

prisonnières, fatiguées, lentes, incertaines, désespérées.

Elles tournent en rond comme dans la cour d’une prison,

Comme ce manège qui ne veut pas s’arrêter,

Elles tuent mes souvenirs, elles dispersent mes projets

ces maudites pensées qui me font comprendre!

Peut être c’est cela le pêché original:

comprendre!

Mais si peu

 

Si peu

                                                                                                     stalactites

 

 

Les stalactites coulent des toits

transparentes comme regards d’amours

de premiers amours.

 

Blancs les champs, lumineux comme son sein,

comme son ventre,

oubliés par le soleil de l’été

blancs,

tachés seulement par le vol triangulaire

des ailes noires du corbeaux.

 

La feuille tombe,

dernière découpée sur le ciel de plomb,

dernière,

rougie par l’automne:

elle tombe en voletant

papillon mourant sans chaleur.

 

Mille flocons tournoient doucement dans le ciel,

abeilles piquantes,

claires comme les reflets du printemps dans ses yeux sombres

doucement elles se posent

sur le tapis blanc de la cour

pour se reposer ou mourir.

 

Les noir doigts des branches

tendus vers les nuages

prient le soleil.